Jour "J" : L'interventionsuivante

Peut-on parler d'un acte chirurgical ?
L'intervention de microgreffes de cheveux se déroule sous anesthésie locale et se pratique en une demi jjournée.
Oui et non.
Oui, car cet acte demande précision, minutie, intelligence dans la stratégie à court et à long terme.
Non, car cet acte reste léger, très peu sanglant, sans suites opératoires et se pratique en ambulatoire sous anesthésie locale. Le cuir chevelu présente peu d'éléments vitaux dans son épaisseur (artères, nerfs ou autres) ce qui le différencie d'un acte chirurgical où il faut agir en évitant tous ces paramètres vitaux.

La présence d'un anesthésiste est-elle nécessaire ?
En règle générale l'intervention se pratique sous anesthésie locale stricte, et un anesthésiste peut-être considéré comme un luxe inutile…Pour notre part, nous avons l'habitude de travailler en collaboration avec des anesthésistes dont le rôle est de surveiller le patient en début d'intervention et, éventuellement, de lui injecter un sédatif léger afin de lui permettre de supporter, non pas la douleur, mais l'immobilité prolongée.

Le patient ne verra pas passer le temps et se reposera, voire dormira durant l'intervention, ce qui lui permettra d'accepter plus facilement des séances importantes comportant plus de 1 000 microgreffes.
Selon les cas, la présence de l'anesthésiste est donc souhaitable et la consultation pré-opératoire qui doit être compléte et rigoureuse permettra de prendre la décision du type d'intervention à choisir en fonction du patient.

Dernière date de modification : 28 janvier 2008